Les sollicitations cardio-vasculaires en planche Hybride

10 04 2009

L’introduction du « pumping » (tractions répétées du gréement par le véliplanchiste pour augmenter la vitesse de l’engin), met en évidence les niveaux des sollicitations physiologiques atteints en compétition afin d’adapter les entraînements physiques aux nouvelles contraintes de cette discipline.

 

Le but  est d’optimiser la performance et la prévention des fatigues indues ou des traumatismes susceptibles de résulter d’un décalage entre les stimulus imposés et la capacité du système musculaire à les supporter.

 

Vent

La. initial

La. final

FC moy.

FC moy.

Durée

Performance

nœuds

mmol.l-1

mmol.l-1

puls.min-1

% FC max

min – sec.

place

4 à 8

1,8 ±0,5 

7,0 ±1,3 

171,8 ±9,5 

84,4 ±3,1 

41’12 »±1’57 »

7,5 ±4,5

9 à 13

1,7 ±0,6

7,6 ±3,6

176,4 ±7,2

86,7 ±1,4

38’40 »±4’36 »

7 ±2,6

 

Valeurs moyennes des lactatémies de repos et consécutives à des manches du Championnat de France 1993, pour chaque gamme de vent, présentées en fonction de certaines caractéristiques de l’exercice

 

 

 Cette étude met en évidence les différences de sollicitations cardio-vasculaires et/ou métaboliques induites par la pratique de ce sport dans deux gammes de vent, 4 à 8 nœuds et 9 à 13 nœuds.

 

 D’un point de vue technique, ces gammes de vent se différencient puisque le véliplanchiste fait déjauger sa planche à voile par utilisation du mouvement de pumping dans le vent médium, tandis que ce phénomène hydrodynamique n’intervient pas dans le vent faible.

 

 

Analyse des résultats

Les niveaux des sollicitations cardio-vasculaires et métaboliques atteints en compétition ne diffèrent pas selon les gammes de vent faible et médium.

 

Il apparaît que les mécanismes aérobies sont prioritairement sollicités puisque la réponse cardiaque enregistrée en régate se situe à 85 % FCmax., sur une durée variant entre 35 et 50 minutes.

 

 Les lactatémies consécutives à une régate donnent une indication globale, de la participation de la glycolyse anaérobie dans la couverture en énergie de l’effort fourni.

 

Les valeurs moyennes obtenues sont supérieures à 7 mmol.l-1 et semblent, révélatrices de l’intensité de l’exercice physique réalisé au cours d’une manche.

 

 

Conclusion

 

Ces constats nous amènent à penser que les mécanismes d’approvisionnement en énergie sur une manche sont mixtes : aérobie et anaérobie.

 

Il montrent que l’introduction du pumping à élevé le niveau des sollicitations cardio-vasculaires et métaboliques induit par la pratique de ce sport à haut niveau.

 

Les réponses cardiaque évaluée représente 85% de la FC Max, il est donc important de dévelloper la puissance maximale aérobie, c’est-à-dire la faculté à répéter des efforts intenses.

 

Les efforts étant répétés sur une durée de 35 à 50 min, il faut aussi dévelloper l’endurance aérobie qui va permettre de faire durée l’effort sur plusieurs manches en compétion.

 

 

Les éléments clé à travailler :

 

Seuil Aérobie :

Correspond à un effort musculaire de moyenne intensité (70 à 80 % de la FCM) et n’entrainant pas de gêne respiratoire.
 

Seuil Anaérobie :

Correspond à la vitesse maximale que le coureur peut atteindre à la limite de la gêne respiratoire.
Se situe à 90 % de la FCM.
 

VMA (Vitesse Maximale Aerobie):

C’est la vitesse de course maximale qu’un coureur peut soutenir en condition aérobie (70 à 80% FCM).
On peut en moyenne tenir cette vitesse pendant 6 Minutes.
Se détermine en laboratoire grâce à un test d’effort ou sur le terrain en courant le plus rapidement possible pendant 6 minutes.
S’exprime donc en Km/h (vitesse).
 

VO2 Max :

Volume d’oxygène maximal et aptitude maximale de l’individu à capter l’oxygène, et à le transporter au niveau musculaire.
Mesuré en laboratoire lors du test d’effort, il s’exprime en millilitre d’O2 par kilogramme de poids et par minute (ml02/kg/mn).
 

Type d’entraînement conseillé :

Fractionné :

Il s’agit d’une séance d’entrainement qui consiste à diviser ses efforts et son kilométrage total en plusieurs fractions, permettant ainsi de soutenir des allures intenses.
Exemples :
Courir 5 fois 400 mètres ou 5 fois 1000 mètres avec une période de récupération entre chaque intervalle.
Le fractionné peut correspondre à des séances d’entrainement en endurance comme en resistance.

 

Travail/Entrainement Foncier :

Entrainement avec des sortis longues en endurance dite fondamentale (de 70 à 75% de la FCM), visant au développement de la capacité aérobie.

Publicités

Actions

Information

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s




%d blogueurs aiment cette page :